GAETAN

Gouvernance adaptée aux espaces tampon
kankusta duo

 

Jean-Baptiste Narcy – ASCA

Parce que la DCE réaffirme l’urgence de thèmes considérés comme émergents dans les années 1990
– les pollutions diffuses, le pluvial, les zones humides ou encore la régulation hydrologique des cours d’eau
l’inscription du génie écologique dans la gouvernance des territoires constitue un élément important voire majeur de l’ouverture territoriale exigée par sa mise en œuvre. Le présent projet de recherche vise à traiter cet enjeu de gouvernance, en prenant pour objet les « zones tampons », espaces emblématiques en la matière.

En effet, au cours des quinze dernières années, certains éléments de l’espace rural ont fait l’objet d’un intérêt renouvelé de la part des pouvoirs publics : les zones humides et le bocage se sont vu reconnaître un rôle « tampon » dans le fonctionnement hydro-géo-chimique des bassins versants. Plus récemment, aux côtés de ces zones tampons traditionnelles issues de pratiques humaines parfois très anciennes, apparaissent de nouveaux espaces pensés dès leur conception en fonction de leur rôle tampon : on pense bien sûr aux bandes enherbées, outil de politique publique explicitement mobilisé pour cette fonction dans le domaine de l’eau, ou plus largement aux surfaces en couvert environnemental, introduites par la conditionnalité des aides de la PAC. Ces zones tampons sont aujourd’hui devenues à la fois le siège d’une nouveau rapport technique à la nature – on y considère une nature à l’œuvre qui n’est plus le support passif de réalisations techniques mais qui y joue au contraire le premier rôle – et objet de l’action collective à l’échelle des territoires – elles sont identifiées comme des espaces de projet au sein de dynamiques territoriales mêlant des acteurs divers, où sont mises en débat et décidées les finalités et modalités de leur gestion.

Man Pride
https://phytonutrition-sante.com/nl/man-pride-mening/
A medicine for erection problems!






L’objectif de la recherche proposée est d’éclairer les relations qui s’établissent entre les fonctionnements écologiques étudiés sur ces espaces et faisant l’objet des pratiques de gestion et les fonctions sociales qui leur sont attribuées et qui constituent le moteur de l’action collective à leur égard. L’étude des relations entre ces deux notions consiste, dans ce projet de recherche, à instruire la question suivante : comment s’articulent production de connaissance et « théories d’action » dans la gouvernance des zones tampons ? Cette articulation nous semble en effet cruciale pour l’inscription du génie écologique relatif aux zones tampons dans la gouvernance des territoires.

Sa compréhension devrait permettre, en particulier, d’améliorer deux aspects cruciaux des dispositifs concertés prenant en charge la question des zones tampons : le pilotage de la production de connaissances d’une part ; la mise en débat des résultats de la production scientifique dans l’optique de leur application d’autre part.
Trois niveaux d’analyse, trois sous-questions à instruire par rapport à la question générale du projet venant d’être explicitée, correspondent alors aux trois volets structurant la recherche ici proposée :
analyse réflexive de la production scientifique sur les zones tampons et les pratiques qu’elles abritent : comment les scientifiques articulent-ils leurs questionnements et résultats sur les zones tampons avec les théories d’action à l’œuvre sur les territoires ? (volet 1) ;
analyse des argumentaires construits par les acteurs autour des zones tampons : comment les acteurs se saisissent-ils des notions de fonctionnement et de fonctions des zones tampons ? (volet 2) ;







analyse stratégique des interactions entre scientifiques et gestionnaires autour des zones tampons : dans quel jeu stratégique s’inscrivent les interactions entre scientifiques et gestionnaires autour des zones tampons ? (volet 3).

La recherche proposée selon ces trois volets s’appuiera sur des scénarios prospectifs portant sur la gestion des zones tampons sur le bassin versant du Yar, établis lors d’un précédent projet de recherche impliquant la plupart des chercheurs engagés dans celui-ci. Leur approfondissement par les différentes disciplines mobilisées, ponctué par des phases d’échanges interdisciplinaires autour des scénarios (séminaires), permettra en effet d’instruire le volet 1. Ces scénarios seront également mobilisés pour mener une série d’entretiens auprès de gestionnaires et scientifiques impliqués dans la gestion des zones tampons afin d’instruire les volets 2 et 3.

 

Télécharger le rapport final de synthèse : (cliquer sur l’icône ci-dessous)