GEOPAR

Scénarios de gestion de l’eau et partage des ressources des basses vallées

 

Stéphanie DUVAIL – IRD Institut Français de Recherche en Afrique

Le projet «scénarios de gestion de l’eau et partage des ressources des basses vallées» s’intéresse à l’évolution de territoires situés à l’interface des bassins versants et de la zone côtière et en particulier aux effets que les modifications des régimes hydrologiques de grands fleuves Est-Africains auront sur le fonctionnement de leurs basses vallées (estuaires, deltas, plaines inondables). L’objectif du projet est de contribuer à une meilleure connaissance des interactions entre rythmes hydrologiques, disponibilité des ressources renouvelables et stratégies des usagers de ces basses vallées afin de disposer d’un modèle interprétatif facilitant la réflexion prospective et la prise de décision de la part des différents acteurs.

ling fluentLe projet vise à produire une modélisation intégrée s’appuyant sur une analyse des interactions entre crue annuelle, disponibilité des ressources renouvelables et stratégies des différents acteurs (pêcheurs, agriculteurs, éleveurs, ONG, Services de l’Etat, opérateurs économiques…). Cette modélisation intégrée couple des modèles hydrauliques 1D et 2D des hydrosystèmes, des modèles d’interaction entre inondations et écosystèmes, ainsi qu’une modélisation des stratégies socio-économiques des acteurs locaux. Elle s’appuie sur des données collectées depuis 2001 par plusieurs des partenaires du projet et sur de nouvelles données à acquérir. Les entrées de ce modèle varient en fonction de scénarios de gestion de l’eau envisagées à l’échelle du bassin-versant, en fonction de modèles climatiques existant pour l’Afrique de l’Est et en fonction des contraintes politiques et économiques ayant des incidences sur les sociétés étudiées.

Cette modélisation intégrée est conçue comme un outil d’animation qui viendra en appui à un processus de gestion concertée de l’eau. Elle permettra aux gestionnaires tant locaux que nationaux, associés au projet, d’envisager et de comparer plusieurs scénarios de co-évolution Milieux/Sociétés. Pour chaque scénario, une valeur économique globale (incluant la valeur économique des fonctions et services rendus par les écosystèmes) et un indice de bien-être des populations seront calculés. Une comparaison entre le fonctionnement des deux basses vallées étudiées et leurs perspectives d’évolution respectives est envisagée et pourra favoriser le développement d’un réseau régional de chercheurs et gestionnaires sur la gestion intégrée et concertée des ressources en eau.

formexplodeLes deux sites choisis sont situés en Afrique de l’Est, région où les modifications des régimes hydrologiques des fleuves ont été importantes au cours des cinquante dernières années, sous l’effet conjugué de changements climatiques (fréquence plus élevée d’évènements extrêmes), de changements des conditions de ruissellement sur les bassins versants suite à un changement de l’occupation des sols et de la construction d’ouvrages hydrauliques sur les parties amont des bassins versants. Les régimes hydrologiques des deux fleuves étudiés (Rufiji en Tanzanie et Tana au Kenya) sont déjà en partie artificialisés mais les changements des conditions hydrologiques à venir sont plus importants encore du fait de projets de construction de barrages sur les parties aval des fleuves et du développement récent de la culture irriguée pour les agro-carburants. Ces changements auront des répercussions sur des écosystèmes à haute biodiversité (forêts côtières et mangroves, zones à forte productivité halieutiques) et sur les pratiques de gestion des ressources renouvelables des acteurs locaux, fortement dépendants des rythmes de l’hydrosystème et des fonctions et services des écosystèmes de ces basses vallées.

 

Télécharger le rapport final de synthèse : (cliquer sur l’icône ci-dessous)