MARAIS

D’un marais à l’autre, marais en mutation

Alain SANDOZ

catch me, patch me!

Le projet ambitionne d’apporter des éléments de réflexion en écho au Plan National en faveur des Zones Humides, à partir de l’articulation interdisciplinaire, quant à l’élaboration, les modalités d’organisation, l’échelle d’une gouvernance de l’eau. Discuter les modalités et critères définissant la délimitation d’une Zone Humide (ZH) tels que formulés sur le plan juridique (arrêtés du 24 juin 2008 et du 1 octobre 2009) en les confrontant aux connaissances issues des sciences de la Nature et de La Vie et des Sciences Sociales et Humaines (SHS) et dans cette optique confronter la question de la délimitation aux modalités sociales et économiques d’inscription territoriale des ZH.

Les méthodologies utilisées peuvent se regrouper en deux ensembles. Le premier regroupe les méthodes utilisées par les sciences sociales et humaines (SHS) qui permettront de mieux comprendre les usages et les demandes sociétales basées sur les méthodes d’enquêtes. On procédera sur les deux terrains par entretiens semi-directifs, suivi et analyse des réunions de concertation (pour lesquelles les deux Parcs partenaires se sont d’ores et déjà engagés à nous aménager l’accès), tenues de focus-group (notamment pour la formalisation des modalités d’échanges des savoirs et d’alignement sur des valeurs communes), suivis d’exploitants agricoles dans la mesure du possible pour la description des connaissances et savoirs pratiques mobilisés dans la gestion de l’eau et les aménagements.

On procédera également à une étude quantitative par questionnaires pour l’analyse des représentations sociales suivant la méthode développer par l’ « école aixoise ».

Ces méthodes, mobilisant les logiciels EVOC et SIMI, s’appuient sur la théorie des graphes et psychologie cognitive et l’analyse des similitudes. On prolongera ces méthodologies en les couplant à une analyse par Multidimensional Scaling appliquée aux indices de similarité afin d’évaluer la « contagion » de sous-éléments au sein des représentations sociales. Le deuxième regroupe les méthodes qui permettront de mieux comprendre le fonctionnement des écosystèmes étudiés et de mesurer la part anthropique et naturelle du fonctionnement de ces territoires basées sur l’approche paysagère facilitée par les techniques utilisées en écologie du paysage faisant un large appel aux techniques issues de la géomatique (Systèmes d’Information Géographique, photogrammétrie numérique, télédétection satellitale…).

Des études complémentaires issues de données recueillies sur le terrain seront aussi réalisée notamment pour améliorer notre compréhension de l’hydrologie, de la qualité des eaux… . Nous montrerons si il est également possible d’utiliser des bio-indicateurs marqueurs de naturalité par l’étude des cortèges d’orchidées et autres (gastéropodes).







Les deux sites retenus par cette proposition concernent deux zones humides d’importance nationale, et internationale. Les deux sont situés dans des Parcs Naturels Régionaux (PNR): Alpilles et Camargue, le PNR de Camargue étant de surcroit inclus dans la Réserve de Biosphère du Delta du Rhône. Le premier concerne la Vallée des marais des Baux, le second, les Salins-de-Giraud. La complexité des enjeux naturels et anthropiques font de ces territoires des terrains d’étude privilégiés. Situés tous les deux à l’Ouest du département des Bouches du Rhône, ces territoires possèdent des caractéristiques humaines et physiques très différentes.

Ce projet vise à apporter de nouvelles connaissances pour une meilleure gouvernance des territoires et des usages liés à l’eau dans une optique de préservation de milieux riches et particulièrement vulnérables que sont les ZH. La construction de modèles prédictifs prendra en compte des hypothèses de scénarii d’évolution futures de la demande sociétale de la ressource eau.

La réponse des écosystèmes et des territoires à cette demande permettra d’établir la pertinence de celle-ci dans une approche écologiquement acceptable pour le maintien, l’amélioration, voire la renaturation des milieux naturels et en particulier des ZH.

Télécharger le rapport final de synthèse : (cliquer sur l’icône ci-dessous)